L’Allemagne veut des « boites noires » dans les voitures autonomes

  La plupart des constructeurs se penchent sur le véhicule autonome. Cette technologie ne devrait pas arriver sur le marché avant 2020. L’Allemagne s’inquiétant  de ces dangers, elle prévoit de légiférer sur cette technologie. Après l’accident en 2014 impliquant l’autopilot Tesla, le gouvernement allemand souhaite l’intégration de boîtes noires au sein des véhicules autonomes ou Semi-autonomes. Cette boîte noire s’activerait une fois que le pilotage automatique est enclenché, ce « mouchard » permettra de déterminer les responsabilités en cas d’accident. L’Allemagne compte parmi les plus grands groupes automobiles de la planète, le pays se classe non seulement parmi les principaux constructeurs d’automobiles, mais surtout parmi ceux qui construisent des modèles haut de gamme qui se vendent très bien dans les pays émergents comme la Chine. Le parlement allemand prévoit d’imposer une boîte noire dans tous les véhicules automatisés. De plus cette boîte noire  fonctionnera de la même manière que celle dans les avions. L’objectif était de déterminer justement à qui imputer la responsabilité d’un accident. La question centrale est celle de la « responsabilité en cas d’accident impliquant un véhicule autonome ». Si dans le cas de la Google car, l’absence totale de volant et des pédales absout le passager de toute responsabilité, la plupart des véhicules qui entreront sur le marché commenceront d’abord par héberger des fonctions de conduite semi-autonome. Aussi, pour la justice et les assurances, il faudra nécessairement pouvoir déterminer les causes exactes de l’accident, et déterminer le degré de participation du logiciel et du conducteur dans l’accident. Si l’on prend le cas de l’accident de la « Tesla S » survenu le 7 mai 2016 sur une route de Williston dans l’Etat de Floride (Etats-Unis), le conducteur était en train de regarder un film au moment de l’accident. Donc celui-ci est en partie responsable, car il n’a pas su reprendre le contrôle du véhicule. La boîte noire devra ainsi déterminer quand et comment le conducteur a pris la direction du véhicule, et quand et comment le logiciel a demandé au conducteur de prendre la main et ainsi de suite. Le but était toujours de pouvoir distinguer la part de responsabilité de chacun. Face à la multiplication des projets de voitures autonomes, avec notamment la création chez Audi d’une filiale dédiée exclusivement à ses recherches, les autorités allemandes semblent relativement pressées. La proposition de loi a été envoyée en avril 2016 aux autres ministères pour être acceptée, avant d’être débattue au Bundestag. C’est une loi qu’il faudra suivre de près car, comme on s’en doute, il y a de bonnes chances pour qu’une telle loi se propage dans d’autres pays de l’UE, et même au-delà. https://www.tf1.fr/tf1/auto-moto/news/bientot-boi-noires-voitures-autonomes-1636587.html https://humanoides.fr/voiture-autonome-allemagne-loi/

Continuer la lecture

Europe : la conduite autonome (presque) légalisée !

La Convention de Vienne régulant la circulation routière depuis 1968 a été modifiée.  L’UNECE s’est décidée à prendre de nouvelles dispositions dans le sens des voitures autonomes. Les accidents étant de plus en plus causés par les erreurs humaines, La conduite automatisée devra rendre la circulation routière plus sûre, écologique et efficace. Mais une barrière demeure pour rendre la conduite autonome légale. Deux conditions sine qua non sont citées par les Nations Unies pour que ces systèmes de conduite automatisée soient autorisés sur les routes : tout d’abord qu’ils puissent être contrôlés voire désactivés par le conducteur, mais également qu’ils soient conformes aux règlements établis par les Nations Unies. Les Nations Unies assouplissent leur législation quant à la conduite autonome, ces évolutions vont se produire progressivement. En effet, La convention de Vienne de 1968 indique dans son Article 8 précisait que « Tout véhicule en mouvement ou tout ensemble de véhicules en mouvement doit avoir un conducteur ». Depuis 2014, la Commission Européenne des Nation Unies (UNEC) travail sur la question, elle à apporter des modifications à la convention de Vienne. Tout est encore loin d’être résolu, mais un amendement soumis en 2014 et mis en vigueur le 23 mars 2016 ouvre la voie aux véhicules autonomes jusqu’à un certain niveau. L’entrée en vigueur de de cette modification marque une étape réglementaire importante vers le déploiement des technologies de conduite automatisée. Depuis le 23 mars 2016 les « systèmes de conduite automatisée seront explicitement autorisés sur les routes, à condition qu’ils soient conformes aux règlements des Nations unies sur les véhicules ou qu’ils puissent être contrôlés, voire désactivés par le conducteur ». Dans un second temps, la réglementation de l’ONU sur les véhicules dressera plus précisément la liste des systèmes autorisés « notamment ceux qui, dans certains circonstances, pourront prendre la main sur le véhicule, sous le contrôle permanent du conducteur, comme les systèmes veillant au maintien de la trajectoire (pour empêcher un changement de voie accidentel). Les fonctions d’assistance au stationnement ainsi que la fonction autopilote sur autoroute (le véhicule se déplaçant de manière automatisée à haute vitesse sur ces axes) » Pour l’instant le véhicule totalement autonome n’est pas autorisé. Suite à ce règlement des nations Unies en Avrils 2014, Les constructeurs se sont mis d’accord pour adopter d’ici à 2022, de manière standard, le freinage automatique d’urgence. http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/24/la-reglementation-internationale-autorise-desormais-la-voiture-autonome_4889485_3234.html#XJbgTsttUCVoIKzB.99 https://news.autoplus.fr/Voiture-autonome-Conduite-Autonome-Europe-Legislation-Nations-Unies-1502998.html

Continuer la lecture

Moteurs Diesel : entre subventions et dangerosité


GUTE-URLS

Wordpress is loading infos from lemonde

Please wait for API server guteurls.de to collect data from
www.lemonde.fr/planete/articl...

UrlPreviewBox

Continuer la lecture